D'abord un sentiment mitigé, déçue de ne pas être sur la liste principale mais contente de voir mon nom sur la liste complémentaire. Ensuite, prise d'information sur les appelés en liste complémentaire les autres années... une petite chance d'être appelée pendant l'année mais rien de sûr. Il faut donc en venir à l'évidence, je ne peux pas me permettre de passer quelques mois à espérer attendre un appel et à surveiller le nombre d'appelés. Il faut que je réagisse "comme si" je devais repasser ce concours. Comme je suis plutôt quelqu'un d'optimiste, je vois les avantages. D'abord, cela me permet de rester quelques mois (voire une année) de plus hyper-disponible pour les enfants. Grâce aux connaissances acquises, la charge de travail sera quand même nettement moins lourde cette année. Je vais pouvoir approfondir certains sujets, je vais pouvoir en  parfaire d'autres. Je suis certaine que je me sentirai beaucoup plus à l'aise et mieux préparée l'année prochaine. En parallèle, je pense que je vais m'inscrire pour un master 1 en sciences de l'éducation. Il faut que mon inscription soit acceptée par la commission de septembre donc, j'envoie tout de suite mon dossier.
J'attends impatiemment mes notes parce que je suis persuadée que c'est l'oral pro qui m'a coûté cher. Toutes les connaissances en socio, psycho et philo ne m'ont pas du tout du tout été utiles pour cette épreuve. Pensez-vous, sujet d'oral pro : le développement durable. Malgré un exposé bien construit, l'entretien n'a pas été bon. A la question de l'inspectrice sur le sujet dans le programme, j'ai dit que je ne voyais pas ça et pourtant, on retrouve l'intitulé dans le programme de sciences... enfin c'est fait, n'y pensons plus.

Merci à vous pour votre soutien, Pam, Cé et Val (bon courage Val pour ces derniers jours d'attente).

Bises et à bientôt.

Morgane.